Le Sénégal : le Siné-Saloum

Le Siné-Saloum est une belle région du Sénégal où il fait bon vivre. Pays d’eau, de la mangrove de palétuviers, des coquillages, des oiseaux, pays à la nature grandiose. 

On commence la visite par un mémorable enlisement dans la boue.

En voulant aider des amis et en suivant les conseils du commandant chef de la caserne de pompiers de la ville de Foundiougne, voilà les deux véhicules assis et inclinés dans la glaise.

A croire que dans certaines situations, on perd notre lucidité et on fait des erreurs dont on se souviendra longtemps.

Avec toute la bonne volonté du monde il est impossible de se sortir seul de ce bourbier, les véhicules s’enfoncent tout doucement jusqu’ à s’assoir dans la boue. Aucun camion local n’accepte de venir nous tirer par crainte de s’enliser à leur tour !!! Et beaucoup d’histoires circulent à Foundiougne  de véhicules enlisés qui sont restés 2 à 3 semaines avant d’être sortis du bourbier, parfois même en les démontant !

La seule solution : faire appel à la débrouillardise des sénégalais, qui vont hisser le véhicule avec un palan et empierrer sous les roues du camion.

Je ne suis pas loin de penser que les judicieux conseils du commandant étaient destinés à faire travailler la population locale !!!

 

IMG_2414 (1024x576)      IMG_2428 (1024x576)     IMG_2438 (1024x576)

 

Cette petite aventure nous permet de découvrir le village de Foudiougne et de rencontrer Rose chez Cathy et Alain qui nous accueilleront à bras ouverts. Foundiougne deviendra pour nous la plaque tournante pour visiter le Siné-Saloum. Je dois dire que ce village non prévu dans nos étapes est devenu l’une de celles que l’on a préféré !!! Le superbe campement est au bord de la plage, dans le quartier des bolongs, après le Baobab Terre/ Mer et après l’hôtel Foundiougne (pt GPS 14°07.5403N 16°28.6308W). La gentillesse, la disponibilité, les délicieux repas de Rose resteront dans nos mémoires ainsi que la philosophie de vie de Cathy et Alain sans oublier les couleurs changeantes du fleuve Saloum coulant sous nos yeux.

IMG_2658 (1024x576)   IMG_3384 (1024x576)    IMG_3380 (1024x576)   IMG_3387 (1024x576)

 

L’immense delta du Siné-Saloum est un lieu magique. Les deux fleuves, le Siné et le Saloum se rejoignent avant de se jeter dans l’océan. Les marées remontent dans le delta sur des dizaines de kms. Le sel s’infiltre dans le sol et des puits de sel sont creusés à la main.  A la saison des pluies (l’hivernage) ils se remplissent d’eau. A la saison sèche, l’eau douce s’évapore, le sel  remonte à la surface et les femmes en font la récolte. La couleur des puits varie selon leur concentration en sel. Les puits de sel appartiennent aux femmes de mère en fille, c’est elles qui assurent ce difficile travail. On troque notre camion contre la charrette pour aller les voir.

                                  received_555895854764595

 IMG_2491 (1024x576)  IMG_2495 (1024x576)  IMG_2492 (1024x576) 

IMG_2487 (1024x576)   IMG_2483 (1024x576)   IMG_2973 (1024x576)

                                IMG_2504 (1024x576)       

 

Le meilleur moyen pour découvrir le delta et la mangrove est la pirogue.

Petits et grands bras de mer du delta (les bolongs) n’ont bientôt plus de secrets pour nous.Tôt le matin, en pirogue, on apprécie la luminosité, le réveil de la nature, les oiseaux et leurs piaillements. La sortie du soir en pirogue, à la nuit tombante a quelque chose d’indéfinissable, on glisse sur l’eau dans la pénombre. A marée basse, le piroguier slalome entre les bancs de sable et nous fait découvrir les huitres de palétuviers. Ces derniers, auparavant malmenés par des coupes de bois intempestives, sont désormais protégés et replantés. La mangrove de palétuviers se développe à souhait, elle est très riche en poissons qui s’y reproduisent et les oiseaux y élisent domicile. Les hommes partent à la pèche pendant que les femmes ramassent les huitres et les coquillages. Et pour nous, ce sera poissons ou coquillages grillés à tous les repas.

IMG_3217 (1024x576)      IMG_3289 (1024x576)

IMG_3000 (1024x576)     IMG_3106 (1024x576)     IMG_3452 (1024x576)

IMG_3537 (1024x576)     IMG_2790 (1024x576)

IMG_3055 (1024x576)    IMG_3036 (1024x576)    IMG_3375 (1024x576)

IMG_3314 (1024x576)      IMG_3221 (1024x857)   IMG_3120 (1024x576)

Il y a encore de nombreuses petites iles dans les bolongs, où quelques familles continuent à vivre de manière ancestrale

IMG_3336 (1024x576)

Il y a beaucoup de coquillages et tout est utilisé. D’abord pour se nourrir de la chair, ensuite le coquillage s’utilise pour recouvrir les rues des villages, pour faire des digues qui protègent de la mer et aussi dans la construction des murs à la place du gravier,

 

IMG_2827 (1024x576)      IMG_3053 (1024x576)  IMG_2826 (1024x576)

 

Isolé ou en forêt, toujours majestueux, le baobab s’impose comme un arbre fascinant. Nous ferons un beau bivouac sauvage sous leur protection.

IMG_2938 (1024x576)      IMG_2939 (1024x576)

IMG_3703 (1024x576)     IMG_3001 (576x1024)     IMG_3758 (1024x576)

Le Baobab blanc : Quand les oiseaux en font leur perchoir.

                        IMG_3128 (1024x576)

 

La forêt de rôniers : Ses palmes et son bois servent à la construction des clôtures. Ses fruits sont pressés pour obtenir l’huile ou le vin de palme. Avec un peu d’imagination, on se croirait sur la cote d’azur.

IMG_3096 (1024x576)      IMG_3178 (576x1024)    IMG_3093 (1024x576)   IMG_3179 (576x1024)

Il y a aussi des cocotiers avec leur noix

IMG_2730 (1024x576)   IMG_2678 (1024x576)

 

 

Plage de sable, plage de rêve pour quelques uns de nos bivouacs :

IMG_2669 (1024x576)     IMG_3078 (1024x576)    IMG_2715 (1024x576)

Toujours de magnifiques bougainvilliers, qu’Alicia du campement “Le Thiossane” à Mbodiene met en valeur, tout comme elle sait révéler les subtiles saveurs africaines des mets qu’elle prépare. Plus rares sont les fleurs de coton

IMG_2732 (1024x576)            IMG_2916 (576x1024)    IMG_2733 (1024x576)      IMG_2735 (1024x576)   IMG_3520 (1024x576)

Ce n’est pas la saison des fleurs pour les acacias. Les forêts sont très belles mais gare aux piquants.

IMG_2707 (1024x576)

 

On croise souvent des troupeaux de zébus, sur les plages, à l’intérieur des terres, dans les champs, sur les bas cotés et au milieu des routes. On s’arrête, on les regarde, ils passent et on continue notre chemin et eux le leur.

IMG_3034 (1024x576)   IMG_2687 (1024x576)    IMG_2743 (1024x576)    IMG_3726 (2) (1024x576)

 

Le cheval est souvent l’animal de bat avec l’âne et plus rarement les bœufs.

    IMG_2896 (1024x576)   IMG_3426 (1024x576)  IMG_3422 (1024x576)

 

La traversée de villages est toujours un plaisir des yeux. L’habitat y est traditionnel avec de magnifiques toits de brande. Chaque case a son espace de vie clôturé mais jamais de verrou ou de clé.

  IMG_3713 (1024x576)  IMG_3717 (1024x576)  IMG_3736 (1024x576)

 

La présence de cochons en semi-liberté nous fait comprendre que vivent ici des catholiques. Les églises pour la plupart ont été construite à l’époque coloniale. Le dimanche matin, il y a souvent une très belle messe chantée, avec des chœurs et des percussions (djembé). Les fidèles tout endimanchés ont une grande ferveur religieuse.

IMG_2819 (1024x576)      IMG_2830 (576x1024)   IMG_2889 (1024x576)    IMG_2887 (1024x576)

 

La culture des cacahuètes reste une activité importante : cacahuète salée, sucrée, pate d’arachide, huile,.. Cela fait une économie où tout le monde  travaille un jour ou l’autre. Une grande partie part en camion en sacs de 25 kgs à l’exportation.

received_556714394682741   IMG_2564 (1024x576)   IMG_3423 (1024x912)     IMG_3421 (1024x576)

 

Un de nos plaisirs, c’est aussi les marchés locaux avec toutes ces belles couleurs que les femmes portent à merveille. Marché de fruits, légumes, des bestiaux, des tissus, et autre beurre de karité.

IMG_3408 (1024x576)      IMG_2628 (576x1024)   IMG_2631 (1024x576)   IMG_2638 (1024x940)

 

IMG_3410 (1024x576)   IMG_3413 (1024x576)   IMG_3415 (1024x576)

                              IMG_3417 (1024x576)

IMG_2619 (1024x576)   IMG_2624 (1024x576)  IMG_2632 (1024x576)

 

Une voiture ne démarre pas : ce n’est pas un souci. Tout le monde donne un coup de main, y compris les “toubabs” (en l’occurrence Yvan)

IMG_3418 (1024x576)

 

De temps en temps, il faut bien faire le plein d’eau du camion

IMG_2653 (1024x576)

Et cette population très jeune et très débrouillarde. Et le travail permanent des femmes, sans qui l’économie ne tournerai pas, toujours avec le sourire aux lèvres. Et l’organisation du travail qui semble partagé et où chacun parait avoir une fonction. Et tous ces bons moments passés avec les uns et les autres, à discuter de tout et de rien, à refaire le monde, juste pour le plaisir. De quoi écrire un livre, ou plutôt de quoi réfléchir à notre société de consommation, à notre mode de vie européen.

——————————

Mais à présent, en route pour la Casamance, cette autre partie du Sénégal, séparée par la Gambie que nous allons traverser


Une réflexion sur “Le Sénégal : le Siné-Saloum

  1. Bonjour
    J’espère que vous n’avez pas abîmé le camion ! Vous vous souviendra longtemps du palan je crois ! Quelle peur !
    En tous les cas, encore merci pour les photos. On voyage ainsi à travers vous. Bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s